Conseil d’administration de l’OUCFA

Le Sgen-CFDT de l'étranger a pris part le 29 mars 2018 au conseil d'administration annuel de l'Office universitaire et culturel français pour l'Algérie.

Un conseil d’administration de routine

Le Sgen-CFDT, représenté par Alain Schneider, retient de cette réunion vite expédiée à Paris en visioconférence avec Alger que la situation dénoncée en août dernier reste totalement figée.

L’impression que rien n’évolue depuis plusieurs années…

Le Sgen-CFDT dénonce une nouvelle fois, comme il l’avait déjà fait lors des CA précédents, le montant de l’abonnement au logiciel comptable, totalement disproportionné par rapport au nombre annuel d’opérations enregistrées, puisqu’il constitue l’essentiel des dépenses budgétées. Il avait été convenu en 2017 que la délégation des programmes et des opérateurs (DPO) de la DGM se saisirait de la question pour étudier les marges de négociation possibles. On en est toujours au stade des études et recherches de solution, mais l’agent comptable indique qu’il ne faut pas escompter de vraies économies en changeant de prestataire, car le paiement d’une redevance indépendante du nombre d’opérations comptables reste selon lui obligatoire, la piste de bénéficier de la licence payée par l’Institut français étant exclue.

L’administration confirme que l’ouverture de l’antenne du LIAD à Oran s’est passée dans de bonnes conditions et que celle d’Annaba pourra comme prévu ouvrir l’année prochaine, au pire dans des locaux provisoires si les travaux engagés ne peuvent être finalisés pour la rentrée.

En réponse à la question du Sgen-CFDT, il est précisé que les nouvelles antennes culturelles de l’Institut français d’Alger, avec Campus France, ou les coopérations avec des associations locales, par exemple à Tizi Ouzou en Kabylie, ne préfigurent pas l’adoption d’un modèle d’Alliances françaises comme en Tunisie ou au Maroc : il n’existe aucune demande locale en ce sens et le modèle d’associations indépendantes comme le sont généralement les Alliances françaises n’a pas sa place actuellement en Algérie.

En revanche, plusieurs candidatures d’établissements scolaires privés en vue d’une labellisation LabelFrancÉducation sont en cours de traitement et la demande est significativement notable et profitable à notre langue.


Office universitaire et culturel français en Algérie