AEFE – Communiqué du Sgen-CFDT sur le projet de budget 2018

Le Sgen-CFDT réagit au projet de budget de l’AEFE pour 2018, notamment sur les suppressions massives de postes de détachés et l’augmentation des contributions demandées aux établissements, à la charge des parents.

Dans le communiqué ci-dessous, le Sgen-CFDT réagit aux informations dont il a eu connaissance sur le projet de budget de l’AEFE pour 2018. Il s’exprime notamment sur les suppressions inédites de postes de détachés, l’augmentation des contributions demandées aux établissements, à la charge des parents, l’amputation des crédits de fonctionnement de l’Agence. Il a adressé un courrier au ministre chargé des Affaires étrangères.

L’AEFE EN DANGER : LE SGEN-CFDT TIRE LE SIGNAL D’ALARME

L’annulation de 33 millions d’euros de crédits décidée par le Gouvernement en juillet 2017, non compensée en 2018, contraint l’AEFE à des mesures drastiques d’économies, dont les élèves, leurs parents et les personnels subiront les conséquences.

L’augmentation de 50 % de la contribution au budget de l’AEFE demandée aux établissements en gestion directe et conventionnés et la suppression envisagée de plus de 500 postes de détachés dessinent un désengagement massif et net de l’État.

Le Sgen-CFDT, très attaché à l’enseignement français à l’étranger en tant que mission de service public relevant d’un opérateur public, y voit une grave menace qui fragilise l’AEFE et touche l’ensemble de la communauté éducative.

L’éducation, premier budget de l’État, sera en augmentation en 2018. Le Sgen-CFDT demande instamment que la scolarisation à l’étranger et son opérateur public, l’AEFE, fassent l’objet de la même priorité et que le budget soit revu à la hausse dans le cadre du PLF 2018. Il a adressé une lettre en ce sens au ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, ministre de tutelle de l’Agence.

Le Sgen-CFDT lance un appel à l’union de tous les citoyens et collectifs concernés afin de défendre le service public d’enseignement français à l’étranger contre ces attaques. Ensemble, par nos actions, nous lutterons pour obtenir un budget 2018 abondé permettant d’éviter les déconventionnements d’établissements du réseau, l’augmentation des frais d’écolages à la charge des parents et la diminution de près de 8 % du nombre d’enseignants détachés annoncée.

Paris, le 23 octobre 2017

Contact : Alain Schneider, secrétaire général du Sgen-CFDT de l’étranger, etranger@sgen.cfdt.fr


À lire sur le même sujet :

Courrier au ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

Édito de la lettre hebdomadaire du 20 octobre intitulé « Consternation »