Délai de carence, autorisation d’absence et COVID-19 à l’AEFE

Le Sgen-CFDT ne se satisfait pas des moyens destinés à couvrir les absences et le délai de carence - ASA, congé-maladie - des personnels liées à la COVID-19 dans le réseau de l’AEFE. Il demande l’abrogation du délai de carence.

Le Sgen-CFDT fait le point sur l’autorisation d’absence, le délai de carence à l’AEFE dans le cadre de la crise sanitaire liée à la COVID-19.

Suspension du délai de carence seulement pendant l’état d’urgence sanitaire lié à la COVID-19

La CFDT a obtenu avec les autres organisations syndicales la suspension du délai de carence pour les travailleurs·euses du public – 1 jour- comme du privé -3 jours- pour tout arrêt de travail pendant l’état d’urgence sanitaire lié à la COVID-19.

La lutte contre les absences mérite un autre traitement que la mise en œuvre de mesures qui punissent les malades

Cependant, la fin de l’état d’urgence le 10 juillet a rétabli ce délai. Depuis, les organisations syndicales exigent la suspension immédiate du jour de carence avant son abrogation. La CFDT rappelle le 23 septembre que « la lutte contre les absences mérite un autre traitement que la mise en œuvre de mesures qui punissent les malades ». covid-19 carence AEFE

Paradoxalement, les autres absences liées à la COVID-19, comme la garde d’enfant par exemple, n’entrainent pas de jour de carence.

Différentes configurations d’absence à l’AEFE en lien avec la COVID-19 et point sur le délai de carence

Et à l’étranger ? Qu’en est-il donc des différentes absences liées à la COVID-19 pour les personnels de l’éducation, fonctionnaires détaché·es au sein de l’AEFE ? La DRH de l’AEFE vient d’apporter des  précisions dans une note de service :

  • Si vous êtes atteint·e par la COVID-19, vous êtes placé·e en congé-maladie: le jour de carence s’applique,
  • Si vous suspectez une infection par le SARS-Cov-2 et êtes en attente de résultat d’un test, ou êtes cas-contact, vous êtes placé·e, si vous ne pouvez télétravailler, en autorisation spéciale d’absence (ASA). Ce n’est pas un congé maladie, vous n’avez donc pas de jour de carence.
  • Si les enfants doivent être gardés pour une raison liée à la COVID-19 (enfants malades ou cas contacts, fermeture de classe, enseignement à distance…), l’ASA pour garde d’enfants est mise en œuvre lorsque le télétravail est impossible :
    • Elle est applicable aux agents en poste dans leur pays d’affectation ;
    • Pour toute la durée de l’autorisation, elle est consentie à un seul des deux parents  ;
    • Elle ne s’impute pas sur le contingent habituel d’autorisation d’absence pour garde d’enfants.

L’avis du Sgen-CFDT de l’étranger

Ces mesures appellent toutefois plusieurs remarques :

  • Les personnels en capacité de télétravailler ne bénéficient pas d’autorisation d’absence pour garder les enfants. Les situations éprouvantes des enseignant·es confiné·es avec leurs enfants se reproduisent donc avec leur lot de fatigue et d’épuisement.
  • Le jour de carence continue d’être appliqué, même en cas d’atteinte par la COVID-19 : double peine.

Depuis le début de l’épidémie, le Sgen-CFDT demande des ASA pour l’un des deux parents en cas d’obligation de rester à domicile avec des enfants non autonomes. La réponse de l’AEFE ne s’est malheureusement faite qu’au cas par cas, aggravant les inégalités sociales et de genre.

Le Sgen-CFDT de l’étranger défend de meilleures conditions de travail pour tous les personnels. Il demande, avec la CFDT, l’abrogation définitive du jour de carence.


COVID-19 : vidéos et photos des adhérents