Le conseil d’établissement : une instance au cœur de tous les questionnements

A peine élu·es, les nouveaux·elles membres du conseil d'établissement se réunissent dans la plupart des établissements du réseau cette semaine, et ce pour leur première séance plénière après renouvellement.

 

Le conseil d’établissement est compétent dans le champ pédagogique et éducatif : l’instance émet des avis et adopte des textes importants à l’instar du projet d’établissement.

Les ordres du jour se focalisent sur la carte des emplois

Partout, les ordres du jour, en ce début d’année scolaire, se focalisent sur la carte des emplois. L’ouverture de postes de résidents reste exceptionnelle tandis que les suppressions ont été importantes, voire massives les années précédentes et se poursuivent selon un schéma de suppression déjà annoncé.

Le conseil d’établissement : une instance en interaction avec d’autres instances

Le pouvoir délibératif du conseil d’établissement est complexe, les décisions prises étant en partie liées aux avis émis par d’autres instances. C’est le cas :

  • du comité technique qui se tient en aval et où Patrice Rafalimanana, élu Sgen-CFDT, sera en relation avec les élu·es  Sgen-CFDT au conseil d’établissement pour une nécessaire interaction autour de sujets communs, comme la carte des emplois ;
  • des instances locales qui se tiennent en amont comme le conseil d’école, les conseils d’enseignement, les commissions d’hygiène et de sécurité, la commission des voyages scolaires.

Le débat au sein du conseil d’établissement (CE) est réel même s’il tient aussi aux avis émis dans d’autres instances techniques productrices de légitimité. Il arrive que des avis divergent. Les représentant·es de l’association des parents d’élèves (APE) peuvent, dans certains cas émettre des réserves concernant par exemple des projets de voyages scolaires jugés trop coûteux et rompant selon eux avec le principe d’équité de traitement entre les classes.

La force du conseil d’établissement

La force de cette instance repose cependant sur son caractère pluriel et représentatif. Les différents membres de la communauté scolaire sont présents, chacun devant assumer pleinement son rôle, sans interférer sur le champ des autres. Chaque représentant doit respecter son mandat. Le chef d’établissement, en tant que président du CE, joue un rôle déterminant dans le respect des règles, il doit les rappeler si nécessaire ; elles doivent être inscrites dans un règlement afin d’éviter crispations ou tensions inutiles.

La parole des représentants des élèves, ne doit pas non plus être oubliée. Souvent minorée, cette expression est précieuse : nos élèves sont au cœur de tous les questionnements.

Chacun des acteurs a toute sa place et le Sgen-CFDT veillera à défendre l’intérêt général.