Groupe de travail ISVL du 3e trimestre

Le Sgen-CFDT a participé à un groupe de travail à l’AEFE portant sur l’ISVL.

Ce groupe de travail trimestriel a pour but de protéger 5 pays dont l’indemnité spécifique de vie locale (ISVL) serait à la baisse compte-tenu de l’effet change-prix, c’est-à-dire une baisse due à l’évolution du taux de change qui diminue le pouvoir d’achat du salaire en euros, alors que le coût de la vie a tendance à augmenter et/ou l’attractivité du pays baisse.

Les pays protégés de la baisse de l’ISVLrémunération

Les villes et pays sélectionnés et dont l’ISVL ne baissera finalement pas sont : Le Cap en Afrique du Sud, le Burkina Faso, Madagascar, le Mexique et l’Uruguay. L’ISVL du Mexique a baissé en juillet. Elle aurait dû baisser de nouveau de 10%, ce qui a été annulé.

L’enveloppe globale de l’ISVL étant constante, la moindre baisse dans certains pays doit entrainer une moindre hausse dans d’autres. Les pays dont l’ISVL baissera un peu par rapport à la valeur prévue seront donc choisis, pour minimiser l’impact individuel de la diminution, parmi ceux comportant de nombreux·ses résident·es et dont l’ISVL est en hausse.

Le Sgen-CFDT a demandé une augmentation substantielle de l’ISVL en raison du coût exorbitant des transports dû à la COVID-19 pendant l’été. L’AEFE ne peut y répondre favorablement en raison du mode actuel de calcul à enveloppe constante sur une année.

L’avis du Sgen-CFDT

Encore une fois, ce groupe de travail montre l’absence de cohérence du calcul de l’ISVL et la nécessité de trouver un autre système pour permettre aux personnels résidents de vivre décemment dans leur pays d’exercice.

Le Sgen-CFDT sollicitera ses adhérent·es résident·es dès la fin octobre afin de faire remonter des informations précises relatives au coût de la vie.

Le Sgen-CFDT milite pour un statut unique de tous les personnels détachés qui prenne en charge notamment la mobilité.