Groupe de travail E3C : réforme du baccalauréat

Lors du groupe de travail sur les E3C du 17 octobre 2020, le Sgen-CFDT de l’étranger a demandé l’ajournement de la première série d’épreuves communes.

La première série d’E3C, épreuves communes de contrôle continu est prévue en janvier-février 2020 : le Sgen-CFDT a demandé son ajournement en raison de l’absence de communication institutionnelle de la part de l’AEFE sur cette première étape de la réforme. Cette proposition, si elle était retenue, permettrait d’accorder une plus grande importance au contrôle continu traditionnel qui ne pèse actuellement qu’à hauteur de 10% de la certification finale.

A défaut d’un ajournement, le Sgen-CFDT de l’étranger a souligné la nécessité d’une communication formelle, la plus rapide possible afin d’informer les personnels des établissements.

Organisation des E3C

L’administration a précisé que les épreuves d’E3C doivent se dérouler dans un contexte proche du fonctionnement normal des établissements, c’est-à-dire sans leur donner de solennité particulière. Les établissements organiseront les épreuves en interne. Une mutualisation sera envisagée entre deux ou plusieurs établissements lorsque les ressources humaines ne seront pas en nombre suffisant. Une commission d’harmonisation veillera à préserver le respect du principe d’égalité entre les candidat·es, afin de corriger les éventuels écarts de correction.

L’organisation des E3C incombe aux chefs d’établissement. Les sujets, non modifiables et issus d’une banque nationale de sujets (BNS), seront disponibles dès le 1er décembre 2019. Cette BNS a vocation à être publique et donc accessible à tou·te·s.

Le sujet retenu se fait sur proposition des collègues de la matière dans le cadre d’une progression pédagogique harmonisée, décidée collectivement par l’équipe. Des sujets peuvent également être choisis par classe.

Correction des E3C

Santorin et non Viatique

Les établissements doivent prévoir une dématérialisation des copies, un nouveau logiciel sera utilisé : Santorin et non Viatique qui reste néanmoins utilisé par l’AEFE pour la dématérialisation des épreuves de baccalauréat, hors E3C.

Le Sgen-CFDT de l’étranger a demandé que des délais convenables soient prévus afin d’assurer les corrections dans de bonnes conditions. L’administration a évoqué un délai d’environ 3 semaines. Le nombre de copies confiées à chaque correcteur doit être comparable au nombre de copies habituelles d’un enseignant, en classe de première.

Surcharge de travail et indemnités

Nécessité d’une compensation financière

Le Sgen-CFDT de l’étranger a fortement insisté sur la nécessité d’une compensation financière : les corrections engendrent inévitablement une surcharge importante de travail. De plus, une décharge horaire est également nécessaire. La reconnaissance financière de la charge de travail induite doit être au rendez-vous.

Clarifier  la reconnaissance financière de la charge de travail induite